mardi 8 août 2017

Petite rencontre du côté de Vacquiers avec Louis et Marc Penavayre au Château Plaisance !

Depuis la place en sortant de la voiture, j'ai vu à travers la vitrine Louis assis dans sa chaise et il m'a semblé en le voyant là, assis, que le sommeil était en train de le prendre. Mais quand nous avons franchi la porte il s'est déplié l'air de rien pour nous accueillir, aimable et souriant. Louis en nous montrant les vins nous a aussi parlé du temps d'avant, de ce temps où il fallait planter pour vivre, planter des légumes et de la vigne, planter et récolter pour manger... Des temps moins faciles.
Et puis il nous a parlé de Marc, son fils, de ses débuts ailleurs et puis de son retour à la maison, dans les vignes familiales. Il nous a parlé de ses doutes d'alors, la vigne ce n'était pas si facile, mais aussi de la passion de Marc... Et pendant que Louis parlait je remplissais gentiment mon carton de bouteilles. Et puis Marc est arrivé.
Je l'avais déjà rencontré lors d'un voyage à la découverte du vin de Fronton, nous avions déjeuné avec lui et quelques autres à La Pente Douce, une adresse toulousaine à découvrir de toute urgence, et j'avais alors autant aimé boire ses vins que nous avions goûtés que sa manière de les raconter.
Le vin de Fronton, c'est cette AOP dont les vignes courent à quelques kilomètres au nord de Toulouse et où règne surtout la Négrette, ce cépage qui lui donne sont caractère si particulier.
J'ai donc retrouvé Marc et sa passion du vin, là, chez lui. Il a mit quelques minutes à vraiment se souvenir de notre rencontre et puis se souvenant il a lancé un, vous ce n'est que les accords mets vins qui vous intéresse... visiter la cave... Je ne lui ai pas laissé le temps de finir son interrogation, je me suis dirigé vers la cave qui semblait être dans la direction indiquée par son bras.
Marc parle de vin simplement, enfin je suppose qu'il peut aussi en parler de manière très compliquée, en tout cas il fait partie de ceux qui se met à l’unisson de ses interlocuteur du moment. Et c'est comme ça qu'il nous explique en enlevant et en remettant ses drôles de lunettes qui se cassent en deux, que le vin compliqué l'emmerdait, il a toujours le verbe clair, parce qu'il ne finissait plus ces bouteilles-là... et que c'est pour ça que maintenant il fait du vin simple, du vin qui respecte la vigne et le palais du buveur... il nous montre les bouteilles et nous dit avec l’œil malin, mon problème c'est que maintenant je finis les bouteilles...
Et puis le tour des caves continue ainsi aimablement, en nous racontant ses vignes, notre trésor, nous dit-il, de ces matins où il monte les voir juste pour se prendre un bol d'émotion, de ses vins et encore de respect, de ses vins qu'il ne fait presque qu'attendre venant à peine les remuer avec son fils... un fils qui sera peut-être le futur.
Il parle aussi de ses succès, des enseignes parisiennes venues jusqu'ici, toujours avec l’œil frisant il précise, c'est peut-être parce qu'on ne fait pas si mal...
Et la balade se continue ainsi à travers les cuves, les nouvelles et les anciennes, les vins et les projets et à la fin c'est la vigne qui conclue notre rencontre avec un aujourd'hui il ne fait pas très beau mais si vous revenez... Pour moi ce n'est même plus une question, je sais que je reviendrai...
Si vous passez par là, par Vacquiers arrêtez-vous et prenez le temps de parler avec Louis et Marc si vous avez la chance de les attraper. Et repartez avec quelques bouteilles, laissez-les aussi vous aidez à les choisir, ou ne choisissez pas comme moi et prenez presque tout.
Et en rentrant, faites comme nous, posez les bouteilles sur la table, amenez quelques copains autour et vous verrez que très vite ils vont regarder les étiquettes et dire que décidément il y a de bien belles choses à découvrir du côté de Fronton et de plaisir à boire par là où les vignes donnent aussi de l'émotion...
Vins goûtés et approuvés...
Alabets AOP Fronton. La Négrette ne laisse jamais indifférent dit Marc, son vin non plus... il a la même franchise que le viticulteur.
Tot Ço Que Tal AOP Fronton. La Négrette dans toute sa splendeur, à garder si vous en avez le courage...
Rend Son Jus vin sans IG. Un vrai vin de soif, léger en alcool mais diablement riche en plaisir ! Mon coup de cœur !
Cruchinet vin de France blanc. Un vin qui fait penser que le blanc pourrait bien être aussi l'avenir du Fronton. Tout en fraîcheur et en joie, parfait au retour du marché avec quelques fromages.
La prochaine fois j'espère que j'aurai la chance de goûter son Ser Da Beg un vin sans soufre... j'espère !
Le Château Plaisance se trouve 102 place de la mairie à Vacquiers est ouvert du Mercredi au Samedi de 9h-12h et de 15h-19h
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »

Mais pourquoi, après je n'ai pas résisté à l'envie d'une autre rencontre viticole... est-ce que je vous raconte ça...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire